La Juul est arrivée en France : effets et conséquences

, , Leave a comment

Juul France Zed

La Juul a débarqué en grandes pompes il y a 2 semaines en France. Le succès fracassant de la startup américaine est-il possible dans l’hexagone ?

Fort de sa réussite américaine, Juul espère répéter ce succès en Europe où le lancement a déjà été effectué il y a quelques mois au Royaume-Uni. Désormais, son champ d’action s’étend avec la France notamment, 3e marché mondial de la vape en termes de volume. Son arrivée chamboule le paysage français et effraie également le côté professionnel du marché.


Les ingrédients du succès de Juul Labs aux Etats-Unis

Juul est parvenu à s’imposer en Amérique du Nord en appliquant apportant exactement ce qu’il faut au fumeur afin de le sortir du tabagisme. La première chose qui marque est le design attractif, en forme de clef USB de l’appareil. Les pods scellés apporte ce gain de praticité, pas de remplissage à faire, pas de résistance à changer : une fois le pod vide, on le change entièrement (pas très écolo, mais ô combien pratique). Ca permet de lever une barrière de manipulation pour le fumeur qui retrouve là le côté pratique de ses cigarettes.

Surtout les points clefs de la réussite de la Juul sont son tirage serré allié à un taux élevé de nicotine, jusqu’à 59 mg/ml en sel afin que le hit soit contenu. Non, ça n’est pas trop ! Contrairement à ce que j’ai pu l’entendre de la part d’un grand nombre d’acteurs de la vape du marché français. Le fumeur ou le vapoteur sait se titrer, une fois qu’il a eu sa dose de nicotine, il va simplement arrêter de tirer sur l’appareil. Ce combo : tirage indirect et haut taux de nicotine (en sel ou non), c’est un message que je m’évertue de diffuser depuis un moment déjà :
– c’est efficace
– ça va dans le sens du discours de santé publique en réduisant davantage les risques en réduisant la consommation de liquide

Ma dernière de sélection des meilleures vapoteuses de novembre ne concerne que des produits MTL !

Quel impact positif pour le marché français ?

En tant qu’acteur de la vape (revendeur, blogger, reviewer, consultant), je suis ravi de l’entrée de la Juul en France. Ca va obliger à une professionnalisation à marche forcée de la filière. Pour concurrencer la renommée toute méritée de la Juul, il va falloir se remettre en questions et donner les bons conseils. Trop de personnes commencent leur expérience dans la vape avec un matériel inadapté, du coup, on a de grandes chances de perdre ce(tte) fumeur(se) pour quelques temps avant qu’elle ne retente et si elle retente l’expérience de la vape.

Ca va obliger le marché à remettre le fumeur au centre des intérêts, là où il aurait toujours du être. Un meilleur service, un meilleur conseil pour, un discours vérité, peut-être de moins grosses ventes sur le coup mais avec une vraie installation du vapoteur dans la durée pour une sortie efficace du tabagisme. Juul va mettre un bon coup de pied dans la fourmilière et assainir une partie du marché, mieux que n’importe quel autre acteur. Une vision long terme plutôt que des visées courtermistes.

Enfin, le business model de la Juul, très ouvert aux Etats-Unis où elle est distribuée à peu près partout : les stations-service, les convenience stores (sorte d’épiceries), bureaux de tabac et boutiques de vape. La diffusion en masse du produit pour une meilleur accessibilité pour le grand public a joué en faveur de la démocratisation de cette petite vapoteuse. Il est à parier que cette philosophie soit aussi appliquée à la France progressivement en cassant les lignes et en faisant sauter ce protectionnisme néfaste pour le grand public.

A court terme, j’aimerais vraiment cesser d’entendre les fake news circulant autour de la Juul.
NON, la JUUL ne fait pas vapoter les jeunes aux Etats-Unis, la firme américaine prend des mesures drastiques qui va l’encontre de ses ventes pour limiter au maximum l’accès à des jeunes de -21 ans d’acheter ses produits. Oui, il est vrai que ça doit être la vapoteuse la plus répandue chez les jeunes parce que c’est la vapoteuse la plus répandue tout court !!! Jamais le taux de fumeurs chez les jeunes n’a été si bas, jamais le taux de fumeurs tout court n’a été si bas aux Etats-Unis.

Par ailleurs, et j’en parlais déjà ailleurs, en suivant les études montrées par le Dr Linda Bauld à Barcelone, on s’apercevait très vite que la vape chez les jeunes britanniques concernaient à peu près la même population que la vape chez les adultes, à savoir… les fumeurs ! Ce sont les adolescents fumeurs qui deviennent des vapoteurs réguliers au Royaume-Uni. Je serai surpris que cette donne varie d’un pays à l’autre. Certes, ce sont des adolescents, cependant je préfère largement les voir vaper que fumer, cela ne fait pas l’ombre d’un doute dans mon esprit.

NON, 59 mg/ml, ça n’est pas trop et Juul ne rend pas plus accroc les fumeurs à la nicotine !!!

Quel impact négatif pour le marché français ?

La récente entrée d’Altria (groupe Philip Morris) dans le capital de Juul Labs n’est que le symptôme de ce que Juul représente : un mastodonte de la vape avec des moyens considérables. Au vu de sa renommée et de sa taille, nul doute que les conditions commerciales pour les revendeurs seront plus compliquées qu’avec le reste de l’industrie. C’est normal, c’est ainsi dans tous les marchés. Dans la téléphonie, je ne serai pas surpris que la marge sur un iPhone soit plus faible que par rapport à une autre marque. Juul apporte sa renommée et son savoir faire, ça se monnaye très cher. A n’en pas douter, Juul est le premier acteur de ce qu’on appellera un jour peut-être Big Vape.

Je suis convaincu que si le marché français avait su se structurer durant ces quelques années dans une optique similaire à celle de Juul en plaçant le fumeur comme la priorité numéro une, Juul aurait eu bien plus de difficultés à venir chez nous. Cela passe par un conseil adapté et une formation continue sur la vape. Je ne parle même pas de la technique dans la vape : loi d’ohm, nombre de spires, GA, sub ohm, etc… tout cela concerne un marché de niche principalement. Le grand public a besoin d’être rassuré, d’être informé sur l’outil de réduction des risques du tabagisme qu’est la vape, la non systématisation du sel de nicotine et du rôle de la nicotine essentielle dans la sortie du tabac fumé.

Trop souvent, j’ai entendu de la part de certains fabricants français (dont certains très renommés) et même de la FIVAPE sur la scène de la Vapexpo « 12 mg/ml, c’est très bien notamment sur l’Ego AIO ». NON ! Ca n’est pas suffisant et on cite là une vapoteuse vieille de 3 ans ! Je n’ai aucune difficulté à conseiller du 18 mg/ml en nicotine base avec une Endura T18II par exemple. Sur ce point, je remercie les importateurs d’avoir fait les efforts de nous fournir les jus les plus connus dans le monde avec des taux de 18 mg/ml.

Du côté des consommateurs, Juul étant l’Apple de la vape, il y aura un prix premium à payer. Pour une même quantité de liquide donné, on paiera bien moins cher chez la concurrence.

Une fiole de 10 ml en 20 mg/ml en sel de nicotine, prix constaté du marché : de 6,90 à 7,90 €.
Juul vend les 2.8 ml à 11.99 €, si on extrapole à 10 ml, ça fait… 42,82 € les 10 ml. Le pod de Juul ne contient que 0.7 ml. J’ai lu ces temps-ci ci et là que les pods de Juul ne contenaient que 17 mg/ml, non il s’agit bien de 20 mg/ml : 17 mg de sel de nicotine / gramme (1.7% du poids), 14 mg/pod, soit 20 mg/ml.

Toutefois, cette comparaison est à tempérer et il faut prendre en compte que la Juul offre un tirage très serré, donc une consommation moins rapide que la moyenne. Il est cependant possible de trouver un tirage similaire sur ce qui existe déjà sur le marché.

Comparons maintenant à ce qui existe sur le marché des pods fermés français.
Bo, 2 pods à 6.50 €, soit les 4 à 13 €. Le pod contient ici 1.5 ml et utilise de la nicotine base. Si on ramène à 10 ml, le prix est de 21,67 €.
La Koddopod, 9,90 € par 3 pods de 2 ml chacun en sel de nicotine, soit 16.50 € les 10 ml.
My Blu, 7 € les 2 pods de 1.5 ml en nicotine base, soit 23,30 € les 10 ml.

Là, encore, le marché français est bien en-dessous. Par contre, sur ces 3 modèles de pods fermés, on a connu des fuites ou des retours de liquide (spitback) qui entachent la fiabilité des produits. Si ça n’est pas fiable, ça ne sera pas efficace. Dans le marché de la vente en ligne, Amazon a su s’imposer face à eBay, rueducommerce, Cdiscount, etc… non pas grâce au prix uniquement mais aussi et surtout un service irréprochable pour le consommateur final.
Dernièrement, Jwell (Bo) et le French Liquide (Koddopod) ont corrigé le tir avec de nouvelles générations de pods qui semblent poser beaucoup moins de soucis. Est-ce aussi fiable que la Juul ? Je ne saurai le dire. Nul doute que les rumeurs de l’arrivée de la Juul sur le marché français en 2018 a largement accéléré les process d’amélioration d’expérience utilisateur sur ces pods.

Maintenant, la main est aux revendeurs pour expliquer ces différences au consommateur afin qu’il fasse son choix.

Juul, un succès inévitable ?

Je serai plus réservé sur ce point. Juul arrive en France dans un marché déjà développé où des acteurs sont présents que ça soit sur son segment direct des pods fermés ou sur le marché du sel de nicotine où l’offre a explosé depuis la dernière Vapexpo. Juul aura sa place dans le marché français, mais je ne vois pas le même raz-de-marée qu’Outre-Atlantique.

De plus, la limite européenne des 20 mg/ml va diminuer mécaniquement l’efficacité des pods et donc augmenter la consommation de liquide, ce qui risque de toucher au portefeuille des usagers bien plus rapidement. C’est là où la Juul risque d’être sérieusement contestée par du matériel équivalent, aussi efficace, voire plus puisque le Dr Konstantinos Farsalinos parle d’une délivrance supérieure de la nicotine à partir des appareils de 3e génération.

Pour conclure, je souhaite la même réussite à Juul Labs en France qu’aux Etats-Unis. Ca signifierait une baisse rapide de la prévalence tabagique chez nous, et ça, c’est toujours bon à prendre. 2019 s’annonce sous de bons auspices.

Zed Le buraliste

Zed Le Buraliste est le gérant de la boutique Vape du Palais situé au 5 boulevard du Palais. Il vous accueille du lundi au vendredi de 7h30 à 20h et les week-ends et jours fériés de 10h à 20h, 364 jours an (fermeture le jour de Noël).

Vous pouvez également suivre Zed sur sa page Facebook, sa chaîne YouTube, sur Instagram et Twitter

 

Leave a Reply