La place des buralistes dans le monde de la Vape

, , 2 Comments

Statue de la Liberté à New York

La “place des buralistes” dans le monde de la vape, question complexe ? Je la trouve, au contraire, extrêmement simple. C’est la place que décideront les consommateurs de leur donner. La vape est une alternative au tabac fumé poussée par les consommateurs.

« Le droit à la rédemption », « la morale », quelle est ce monopole de la bonne pensée dont certains pensent être les dépositaires ?

Par essence, les buralistes constituent un réseau de commerçants… indépendants qu’on oppose ce métier à une vape dite « indépendante » (totalement dépendant des conditions que certains choisissent) est une aberration. Parler d’un bloc d’une profession à facettes multiples en fonction de la localisation en est une autre que je subis au quotidien déjà derrière des messages « moraux » qui, pour beaucoup n’est qu’une façade face à la réalité économique qui se joue en « backstage » et qui ne concernent que ceux qui pensent être concernés par ce « clivage » totalement artificiel.

Il est intéressant de noter qu’on parle de nombreux acteurs professionnels et de l’évolution possible du paysage de demain sans prendre en compte le principal intéressé : le consommateur, autrement dit, le fumeur dans ce cas. On vient complexifier l’offre : liquides identiques, mais 2 marques différentes selon le « réseau » pour ne pas froisser les uns et les autres tandis que dans le tumulte actuel, on aurait cruellement besoin de clarté.

A un moment, parce qu’on est en place depuis longtemps, on en vient même à croire que l’on peut penser pour les autres et leur imposer notre système de valeurs et ce malgré les enjeux qui restent majeurs sans même parler des fondements de notre pays. On a entre 2 et 3 millions de vapoteurs en France contre 12 – 14 millions de fumeurs. J’entends déjà me dire que ça se passe très bien, j’ajoute que parmi ces vapoteurs, la moitié fume encore du tabac (chiffre Agence Santé Publique France). Mais bon, « on » n’aurait rien à faire là.

On pourrait aussi arguer le fait d’arrêter de vendre du tabac. Parce qu’on le sait tous, si plus personne ne vend de tabac, forcément, on n’aurait aucun fumeur. Pour preuve, le cannabis est interdit en France et on n’a aucun consommateur de cette plante verte. Pardon ? Je me trompe ? On serait le premier pays consommateur de cannabis en France ?

Soyons sérieux, la solution que je soutiens est que la vape soit aussi facilement accessible que le tabac fumé. Je ne dis pas détenir toutes les réponses et je ne sais pas de quoi l’avenir sera fait mais je ne vois pas en quoi sensibiliser des buralistes sur la question pour ensuite informer les consommateurs serait un frein à l’essor de la vape. Bien au contraire, l’effet de levier me paraît évident pour la réduction des risques (RdR) tabagiques et répond également à un des piliers de la RdR, le aller vers. Nous allons là sont les personnes addictes.

Quid de comment serait le marché demain ? Je n’en sais rien et je dois bien dire que je m’en fiche pas mal. Boutiques, buralistes, internet, etc. l’important est que le fumeur puisse avoir un accès large au vapotage et qu’il soit informé correctement là où il souhaite consommer. Le reste, c’est du blabla d’influence entre des groupes cherchant à tirer leur épingle du jeu dans ce marché grandissant en essayant au possible de mettre les restrictions qui seraient au bénéfice de tel ou tel groupe, une recherche du protectionnisme au profit d’un petit nombre. Tout cela, au détriment du consommateur final, celui qui doit être au centre des débats et non à la marge.



Zed Le buraliste

Zed Le Buraliste est le gérant de la boutique Vape du Palais situé au 5 boulevard du Palais. Il vous accueille du lundi au vendredi de 7h30 à 20h et les week-ends et jours fériés de 10h à 20h 364 jours an (fermeture le jour de Noël).

Vous pouvez également suivre Zed sur sa page Facebook, sa chaîne YouTube, sur Instagram et Twitter



 

2 Responses

  1. Nicolas Michel

    Les médicaments sauvent des vies. Parfois on est emmerdé car la pharmacie la plus proche n’est pas si proche. De plus le fumeur est plus souvent malade qu’un non fumeur. Donc je pense qu’il faudrait, pour bien faire, que les médicaments soient disponibles dans les bureaux de tabac.

    Ce sera ensuite au consommateur de décider où il veut aller acheter ses pilules, chez un buraliste ou chez un pharmacien. Il vous suffirait de vite étudier un peu pour devenir pharmacien, c’est un détail non ?

    Reply
    • zedleburaliste

      Enfin, étudier “un peu”, exercer le métier de pharmacien requiert un doctorat. J’ajoute que la pharmacie est le dernier maillon de la chaîne thérapeutique quand on au contrôle de la délivrance médicamenteuse (bonne surveillance de la cohérence de l’ordonnance).

      Le tabac est un bien de consommation courante qui ne requiert pas de diplôme (dans aucun pays me semble-t-il) pour être vendu si ce n’est une formation d’état de quelques jours et un casier judiciaire vierge. Donc l’accès est plutôt très facile et libre (24 000 buralistes en France), il me paraîtrait contre productif que la vape, bien de consommation courante également, alternative au tabac fumé qui propose une réduction des risques majeurs de ne pas être disponible aussi facilement que la cigarette.

      Laisser le tabac fumé en vente libre mais médicaliser la vape ? Je m’y opposerai toujours.

      Reply

Leave a Reply